Les journées de l'économie

Publié le par David Hénaux

Je reviens juste de Lyon, où viennent de s'achever les premières journées de l'économie.


C'était intensif : 8 à 9 heures de conférences par jour, mais intéressant, et même souvent passionnant, à l'image de la conférence sur les crises financières animée par P. Artus.


Le succès de l'événement, car c'est incontestablement un succès, doit autant à la remarquable organisation (bravo à Pascal Le Merrer, ça doit demander une énergie fantastique d'organiser un truc pareil) qu'à la qualité des intervenants : P. Artus, M. Aglietta, J. Pisani-Ferry,  C de Boissieu, pour n'en citer que quelques-uns.


Accessoirement, c'était aussi des soirées sympas dans les « bouchons » lyonnais, des nuits courtes (trop), un beaujolais nouveau fort dignement fêté quartier Saint-Jean, et l'occasion de retrouver des collègues de Lille. Bref, tous les ingrédients étaient réunis pour un séjour parfait.


Seule ombre au tableau : le voyage. Penser qu'il était possible de rallier Lyon en train en partant de Saintes, et en moins de 8 heures, relevait de la plus grande naïveté. Je l'ai appris à mes dépens. Deux itinéraires étaient possibles : je pouvais passer par Paris, solution la plus rapide, mais aussi la plus coûteuse, avec en prime un changement de gare ; où changer de train à St Pierre des corps, ce qui avait l'avantage de diminuer à la fois le nombre de kilomètres et la dépense. Mais il me fallait accepter l'idée de passer près de 5 heures dans un train tout droit sorti de la première révolution industrielle. Comme je ne recule devant rien, j'ai opté pour les deux solutions : S-Pierre des corps à l'aller et Paris au retour.


J'ai tiré de ce séjour à Lyon plusieurs conclusions :

  • - L'économie est décidément une matière passionnante, ce que je savais déjà.
  • - Lyon est une ville qui vaut le détour, et que je reviendrai visiter un de ces quatre.
  • - Les spécialités culinaires lyonnaises sont un vrai cauchemar pour quiconque n'aime pas les abats, ce qui est mon cas. Heureusement, leur gratin dauphinois est fantastique.
  • - Les collègues de Nantes sont des gens très sympas.
  • - Plus jamais je ne changerai de train à St-Pierre des Corps.

Dès que j'aurai quelques minutes, je reviendrai sur le contenu des conférences, mais avant cela il faut que je récupère. Bonne nuit.


Publié dans Non classable

Commenter cet article

aurélien 03/12/2008 20:19

anonyme démasquée

David Hénaux 03/12/2008 21:25


Il faut qu'on discute tous les deux...


ANONYME ;) 02/12/2008 07:23

... D.H. ou comment perdre en crédibilité auprès de ses élèves ...
...Lot Of Laugh... Votre article m'a bien fait rire... (merci) ...