Pourquoi les Français ne comprennent pas l'économie ?

Publié le par David Hénaux

Dans le supplément économie du journal Le Monde d'aujourd'hui, une interview de Roger Guesnerie, économiste et professeur au Collège de France.

Je sais pas pour vous, mais moi ça m'a redonné le moral...

Question : Selon le sondage TNS Sofres qui sera présenté à Lyon les 20, 21 et 22 novembre, lors des Journées de l'Economie, 73 % des Français estiment que l'information économique est difficilement accessible et peu compréhensible. Un pourcentage qui n'évolue guère au fil des années. Comment réussir à inverser cette tendance ?

Réponse : L'économie semble en effet faire plus peur en France que dans beaucoup d'autres pays. A quoi tient cette spécificité ? Plusieurs raisons peuvent être évoquées. L'histoire d'abord. La France est un vieux pays catholique où l'influence marxiste n'a pas été négligeable. Les résistances au "marché" demeurent fortes. La question de l'enseignement de l'économie doit également jouer. Il fut tardif - n'oubliez pas qu'il a fallu attendre les années 1960 pour que les sciences économiques sortent du giron des juristes et s'autonomisent. Et pour évoquer un point lié à l'actualité, l'enseignement des sciences économiques et sociales n'est toujours pas obligatoire en seconde au lycée.

Publié dans L'enseignement des SES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicolas 24/07/2009 16:49

Le problème avec ce type de réponse, c'est qu'elle définit l'économie comme "la science de l'économie de marché". L'économie c'est le partage des richesses, alors le marxisme en fait partie. ça reste parfaitement dans la rhétorique élitiste qui dit que les français sont contre le libéralisme ou le TCE "parce qu'ils ne comprennent rien à l'économie" ; je pense qu'au contraire, c'est parce qu'on comprends vers quel système économique, vers quel partage des richesses on tends que l'on devient contre.
Ce sondage est relatif à l'économie telle qu'on la présente, une science de la finance. ce n'est pas de ça qu'il s'agit.