Le NON des Islandais

Publié le par David Hénaux

54994_islande-drapeau-une.jpgSuite de l'épisode à rebondissements...

Je vous parlais, il y a quelques temps, de la situation désastreuse dans laquelle se trouve plongée l'Islande, sommée de rembourser les clients néerlandais et britanniques de ses trois principales banques, après leur faillite... Celles-ci n'ayant pas survécu à la crise fiancière de 2008.

Après plusieurs mois de négociations difficiles, un accord a été trouvé entre les gouvernements des trois pays concernés : l'Islande s'engegeant à rembourser les clients à hauteur de 20 000 euros par tête (le minimum de ce que prévoit la réglementation européenne). De quoi calmer la colère du Royaume-Uni et des Pays-bas, bien que cette somme soit en réalité inférieure à ce que les deux pays ont pris l'initiative de verser aux clients lésés, en anticipant le remboursement de l'Islande...

Et pourtant, même avec ces conditions plutôt avantageuses, la somme à rembourser reste colossale : environ 12 000 euros par habitant, soit près de 40% du PIB !

C'est dans ce contexte très particulier que la loi dite Icesave, prévoyant le remboursement, a été votée. Mais le mécontentement fut tel, que le Président islandais a décidé de soumettre la loi à un referendum populaire. Référendum qui a eu lieu le 6 mars dernier, et dont le résultat laisse assez peu de place au doute, avec plus de 93 % de NON !

Le problème, c'est que les prêts consentis par le FMI, ainsi que les aides des pays voisins, qui sont indispensables pour assurer un semblant de solvabilité à l'Islande, sont plus ou moins conditionnés à l'exécution de la loi Icesave... Retour à la case départ, et risque de faillite pour l'Etat islandais.

Il ne reste plus qu'à rouvrir les négociations, mais sur quelles bases ?

Publié dans Crise financière

Commenter cet article