Obama, les délocalisations et l'évasion fiscale

Publié le par David Hénaux

Il y en a qui parlent beaucoup, et d'autres qui agissent.

Barack Obama va proposer au Parlement de taxer davantage les entreprises américaines qui délocalisent.
Et ce n'est pas tout, c'est aussi lui qui a forcé UBS, la principale banque suisse, à livrer le nom de clients américains suspectés d'évasion fiscale, obtenant ainsi la levée du secret bancaire (et provoquant au passage un énorme scandale en Suisse). C'est aussi lui qui a insisté pour que la Suisse soit inscrite sur la "liste grise" de l'OCDE, et qui a décidé que les filiales étrangères des firmes américaines seraient davantage  taxées. C'est enfin lui qui multiplie les mesures protectionnistes depuis son arrivée au pouvoir.

En s'attaquant à l'évasion fiscale et aux délocalisations, il espère faire rentrer 210 milliards de dollars sur 10 ans dans les caisses de l'Etat.

Pour un peu, il ferait passer Olivier Besancenot pour un dangereux libéral.

Commenter cet article