Le "désarroi" d'Alan Greespan

Publié le par David Hénaux

Alan Greespan, l'ancien patron de la Fed, la Banque centrale américaine, vient de faire son autocritique devant le congrès américain.
Qu'un ancien dirigeant d'une grande Banque centrale reconnaisse ses erreurs, c'est déjà en soi très surprenant, mais qu'il reconnaisse publiquement s'être trompé sur la suprématie du capitalisme de marchés libres, cela devient carrément surréaliste.
C'est pourtant ce qui s'est passé le 23 octobre dernier, comme en témoigne cet extrait d'un article du Monde.

Le président de la commission, Henry Waxman, venait de rappeler à M. Greenspan les propos qu'il avait tenus dans le passé, selon lesquels "des marchés libres et concurrentiels sont de loin la meilleure façon d'organiser les économies, sans équivalent".

L'ancien patron de la Fed a aussi admis avoir "fait une erreur en croyant que le sens de leurs propres intérêts, notamment chez les banquiers, était la meilleure protection qui soit". "En d'autres termes, vous trouvez que votre vision du monde, votre idéologie, n'était pas la bonne, ne fonctionnait pas ?" a renchéri monsieur Waxman. "Absolument, exactement, a répondu M. Greenspan, c'est précisément la raison pour laquelle je suis choqué, parce que cela faisait quarante ans, et même plus, que de façon très évidente, cela fonctionnait exceptionnellement bien."


Etonnant, non ?

Publié dans Crise financière

Commenter cet article

aurélien 23/11/2008 00:54

Je peux me tromper mais un Schumpeter n'avait-il pas prédit que le capitalisme atteindrait ses limites ? ( clin d'oeil à la spé )

David Hénaux 26/11/2008 20:53



Exactement. Et notamment pour des raisons culturelles. Ce n'est pas l'aspect le plus éblouissant de sa thèse...